Méthodologie ecobau

L’association ecobau met à disposition des instruments qui permettent aux planificateurs de choisir sans effort supplémentaire des matériaux et produits de construction qui ont un impact le moins grand possible sur l'environnement. La méthodologie ecobau pour matériaux de construction constitue la base de ces instruments. Elle décrit les principes méthodologiques de base pour l'évaluation des caractéristiques déterminantes du point de vue écologique et toxicologique de matériaux et de produits de construction. La méthodologie définit ainsi à quelle catégorie de classification les matériaux et les produits de construction sont attribués dans les instruments ecoDevis, ecoCFC et ecoProduits.

La méthodologie 2021 se compose des documents et annexes suivantes:

Méthodologie eco-bau et annexe 1

Objectif et finalité: Le document décrit la méthodologie, sa mise en œuvre dans les instruments ecobau ainsi que leurs interdépendances. Elle donne également des explications sur les critères d'évaluation.

Qui devrait la lire? Toute personne qui aimerait prendre connaissance en détail de la méthodologie ainsi que les fabricants qui veulent améliorer leurs produits du point de vue écologique ou comprendre la procédure d'évaluation.

A2- Champs d’application et valeurs cibles

Objectif et finalité : Le document  e document liste tous les champs d’application pour lesquels des valeurs cibles ont été définies selon la structure du CAN. Les deux valeurs cibles définissent les limites entre les valeurs faibles/moyennes et moyennes/élevées d'énergie grise. Les produits/matériaux de construction inférieurs à la valeur cible faibles/moyennes sont mis en évidence comme 1ère priorité/eco1 et les produits/matériaux de construction inférieurs à la valeur cible moyennes/élevées sont mis en évidence comme 2ème priorité/eco2. Les unités fonctionnelles sont décrites aux chapitres 4.2. et 4.4. de la méthodologie. Historique des modifications: Liste et commente les nouveaux champs d’application et les modifications de valeurs cibles.

Qui devrait la lire? Cette partie de la méthodologie sert de document de référence pour tous les développeurs de produits qui souhaitent savoir où se situe leur produit, qui souhaitent comparer leurs données des écobilans et qui souhaitent améliorer les résultats de leurs produits.

A3 – Critères d'évaluation et graphiques

Objectif et finalité: Les critères écologiques de la méthodologie sont appliqués de différentes manières aux groupes de produits respectifs. Le document illustre à l'aide de graphiques quels critères sont responsables du résultat.

Qui devrait la lire? Tous les fabricants qui veulent savoir quels critères sont déterminants pour leurs produits.

A4 – Systèmes d'évaluation alternatifs

Objectif et finalité: Les peintures pour murs, les vernis, les peintures pour bois et sol pour utilisations intérieures et appliquées sur place, dont l’épaisseur de couche est <0.3mm ne font pas l’objet de la méthodologie eco-bau.  Le document contient les standards d'émissions, respectivement les labels de matériaux considérés par eco-bau comme équivalents par rapport à ses propres critères écologiques et les met en lien avec les catégories de classification.  A titre d'exemples, l'Étiquette environnementale de la fondation Suisse Couleur et le label nature plus font partie des standards reconnus.

Qui devrait la lire? Toute personne qui doit savoir si un label existant est considéré comme équivalent par eco-bau par rapport aux groupes de produits respectifs et, peut par conséquence être utilisé pour une construction écologique et saine.

A5 - Tableau des durées de vie

Objectif et finalité: En principe, la durée de vie des matériaux de construction influence le bilan de l'énergie grise quant à l'entier de la durée d'exploitation d'un bâtiment. Cependant, comme le montre le large éventail du tableau paritaire des durées de vie, les durées de vie ne diffèrent que peu à l'intérieur des unités fonctionnelles. Les revêtements de sol représentent la seule exception avec une variation d’un facteur 4 entre la durée de vie la plus courte comparée à la durée de vie la plus longue. C'est la raison pour laquelle, pour le calcul de l'énergie grise, c'est uniquement la durée de vie des revêtements de sol selon le CAN 664 "Revêtements en bois, liège, et stratifié" qui est prise en compte.

Qui devrait la lire? Toute personne qui veut connaître les variations de durée de vie de différents revêtements de sol.